Etre informé(e) des nouveautés par mail

mercredi 7 mars 2012

De l'éphémère à l'éternel


         La tempête, le soleil, la grisaille. Tout s'enchaine. Sans cesse, il faut s'adapter, travailler sur soi pour rester la même personne en toute situation. Pour avancer. Un jour, le chaos. Le lendemain, une renaissance. Mais à ces embryons d'espoir souvent on ne donne pas suite, inondés par une grisaille qui revient bien vite. Pour peu que nous soyons en période hivernale, la mort des idées arrive précocement. Figés par un froid insidieux, immobilisés par l'absence de lumière pour éclairer le chemin à suivre.

         Mais peut-on se contenter de survivre durant toute une saison ? Les années sont courtes, la vie passe rapidement. Je ne veux pas perdre des heures en désespoir, vivre en état de catatonie. Si l'on estime encore que la catatonie est la vie.

         Je souffre quand, au lendemain de journée lumineuse, je sens ma jeune motivation s'éteindre en moi. Quand le chemin vers lequel j'allais en sautillant la veille me semble soudainement barré d'obstacles.

        Et je ne veux pas laisser faire ça. Je ne veux pas laisser mourir toutes ces choses en moi. Je ne veux pas que mon esprit soit un cimetière pour objectifs naissants. J'ai bien trop besoin de toutes ces petites vies qui s'animent et m'animent. De leur élan vital pour constituer mon élan vital.

        Alors, je refuse de passer ma vie comme un jour d'hiver. Je veux de la lumière, de la pulsion, de l'impulsion. J'installerai des lampes douces sur les murs, au plafond. Je m'entourerai de bleu, de jaune. J'adopterai une tourterelle.

        Je vais faire de ces éphémères idées, des éternelles. Et pour cela, patiemment et jusqu'à ce qu'elles soient assez grandes pour se débrouiller sans moi, il me faudra les nourrir, les éduquer. Et pour qu'elles ne se perdent pas, pour qu'elles ne se voient pas changer de forme, chaque jour je les dissimulerai dans les textes que je publierai.
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Décidément tu es fâchée avec les "s" : un jour d'hivers. lol

    Vraiment je te trouve super optimiste dans ces nouveaux textes, ça réchauffe le coeur et ça fait du bien de les lire, c'est dingue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais de suite corriger ça. Mais non je ne suis pas fâchée avec eux. Il en faut beaucoup pour me fâcher tu sais bien. Au contraire, je les aime trop ces jolis petits S. Mais je m'en vais de ce pas corriger ca. Un s par texte... que donnera le prochain? ;)
      Je suis heureuse que tu trouves un certain bonheur à me lire. J'espère continuer à éveiller cette sensation en toi.

      Supprimer

La recette pour me laisser un commentaire:

1) Ecrivez votre commentaire dans le formulaire de saisie ci-dessus

2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire (ca me permet de vous retrouver plus facilement)
Sinon, vous pouvez saisir votre pseudo par Nom/URL

3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse (je suis bavarde, et j'aurai certainement envie d'échanger avec vous)

4) Cliquer sur Publier enfin.



Voilà : c'est fait. Un commentaire réussit qui fait plaisir à sa destinataire. Merci!